Construction d'une maison passive et durable en Lorraine
Header image

2013 : prendre des risques… ou pas ! RT2012 ou maison passive

Publié le 8 novembre 2012 à 14:44 par .vince dans Actualités | Conception | Maison passive - BEPAS | Mes articles | RT2012

J’ai participé il y a quelques semaines à une réunion de futurs propriétaires du nouvel éco-lotissement de Distroff (beau projet dont je vous reparlerai sans doute). J’ai tenté de partagé mon expérience de maître d’ouvrage dans la construction de cette maison tout en répondant aux interrogations des participants. Voici les réflexions que je me suis faites après cette rencontre.

Alors que j’ai rapidement fait le choix de construire un bâtiment passif, au moment du dépot de permis de construire j’aurais pu choisir de faire une maison au standard RT2005. Aujourd’hui, la donne est différente. La RT2012 devient la nouvelle réglementation thermique et le bâtiment que vous allez construire devra répondre aux critères de l’ancien label BBC2005 (avec quelques adaptations par rapport à celui-ci). Si vous vous êtes un peu renseigné, la marche pour la plupart des entreprises/artisans est gi-gan-tesque.

Je lisais récemment que 71% des bâtiments construits selon la RT2005 (en 2007) ne sont pas conformes à cette réglementation, essentiellement parce qu’il n’a pas été réalisée d’étude thermique (obligatoire). Les 2/3 des maisons ayant fait l’objet d’une étude thermique présentent une consommation conventionnelle d’énergie entre 150
et 200 KWh/m².an. La RT2012 vise 50 KWh/m².an (à moduler selon les zones climatiques).

La marche est gigantesque. Non seulement, l’objectif thermique passe de 230-150 kWh/m².an (garde-fou) à 50 kWh/m².an mais on constate en plus qu’en majorité les bâtiments qui ont été construits ne sont pas conformes à la réglementation en vigueur.

Plus encore qu’avec la réglementation thermique 2005, les artisans du bâtiment ne sont plus seulement contraints de répondre à une obligation de moyens mais doivent désormais se soumettre à une obligation de résultats. Bien. Mais le test étanchéité à l’air, principal témoin de la rigueur d’exécution dans ce domaine ne sera pas obligatoire pour tous. Ainsi, le constructeur qui justifie d’une démarche de qualité de l’étanchéité à l’air du bâtiment auprès du ministère en charge de la construction ne devra pas s’y soumettre. J’encourage les futurs maîtres d’ouvrage à ne sélectionner tout d’abord que des constructeurs qui s’engageront contractuellement à atteindre ce résultat.

L’étanchéité à l’air a un impact important sur la consommation de chauffage (fuites) mais elle influe également directement sur le rendement d’une ventilation double-flux. Une bonne étanchéité à l’air ne coûte rien. Elle impose une réflexion sur le système constructif qui permet d’assurer une continuité de l’enveloppe la plus simple possible (sans user de la mousse polyuréthane… ). Et elle impose une mise en oeuvre rigoureuse.

En ce qui concerne le coût des maisons RT2012, on parle d’un surcoût entre 5 et 20 %. Mais par rapport à quoi ? Par rapport au 2/3 des maisons non-conformes à la RT2005 ?
On peut lire sur PassivAct :

la RT2012 permet de choisir entre des bâtiments de mauvaise qualité mais dotés, entre autre, de systèmes actifs de chauffage très efficaces ou des bâtiments performants avec des systèmes de chauffage rudimentaires. Les constructions passives sont proches de cette dernière variante et présentent donc des coûts similaires. Avec cette option, les frais d’installation des systèmes de chauffage sont beaucoup plus faibles, ceux de fonctionnement sont en chute libre, les frais d’entretien sont presque inexistants et ceux de remplacements des matériels vétustes deviennent pratiquement nuls.

Aujourd’hui plus qu’hier, il me semble facile de choisir de construire une maison passive. On est quasiment au même coût de construction avec un concept qui a fait ces preuves. Le choix du constructeur/maitre d’oeuvre en sera simplifié : il faut rechercher l’expérience et la garantie du résultat (certification ou Blower door test par exemple).

Contrôler le coût de construction peut se faire différemment que par le choix de l’objectif de performance thermique. Faire une conception simple sans complexité superflue est plus économe que de vouloir réduire le niveau d’isolation. Une maison « pas-chère », c’est avant tout une maison bien conçue. Construction simple – systèmes simples -sans suréquipement.

En terme d’investissement, construire le bâtiment de demain plutôt que le bâtiment « réglementaire » me semble être le meilleur choix.

Pour terminer, voici un document qui présente une image « qualitative » globale de la construction à l’heure actuelle. Il s’agit d’un rapport publié en juin 2012 par L’Agence Qualité Construction qui met en avant tous les problèmes relevés sur 211 bâtiments basse consommation. Manques de compétences, travail « vite fait », manque de volonté, mauvaise conception, etc… C’est un bon document pour discuter avec votre futur constructeur !

Vous pouvez suivre les réponses à ce billet via RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou trackback.

3 réponses

  • Dot. says:

    Salut Vince.

    merci pour cet article ! Je partage à 100% ton point de vue et je vais faire suivre cet post à pas mal de personnes dans mon entourage qui voient la RT2012 comme une contrainte de plus à contourner…

  • Julien says:

    Les constructeurs sont-ils prêts pour la RT 2012 ? D’après ce que je peux voir du côté des professionnels, je suis d’accord avec toi : la marche me semble gigantesque.
    Il faut au moins diviser par 3 les consommations réglementaires. Et ce sont les « derniers » kWh à éliminer de notre consommation. Autrement dit ce ne sont pas les plus simples à supprimer. Conclusion ; ça ne s’improvise pas.
    Or lors du dernier salon bois, en 2011, une grande majorité des constructeurs m’annonçaient fièrement avoir construit 3 maisons BBC cette année-là. Pour moi, c’était évident : ils n’étaient pas prêt et n’avaient pas conscience de la marche qu’il allait falloir passer.
    Je suis d’accord avec ton avis sur le test d’étanchéité : un bâtiment doit être livré avec un test d’étanchéité à l’air validé. Si il ne l’est pas, assurez-vous que le constructeur est responsable des travaux pour repasser un test jusqu’à ce qu’il soit validé.
    En revanche, je ne suis pas sûr d’avoir compris ton avis sur les constructeurs justifiant d’une démarche de qualité niveau étanchéité à l’air. Pour avoir cet avis, il faut montrer patte blanche niveau démarche de conception et de réalisation : cahiers techniques à chaque chantier, formation des poseurs… Surtout les 1ers chantiers sont suivis et mesurés. Enfin, un test peut être fait aléatoirement sur un chantier du constructeur : il doit toujours être prêt à passer un test, sans être prévenu.
    C’est marrant que tu termine sur cette réflexion, car j’ai justement donné mon avis à ce sujet sur mon blog aujourd’hui. Lorsque je parle de la réglementation themrique, je parle de « voiture balai » : elle ramasse les plus mauvais pour qu’ils ne soient plus dans la course. Viser la RT 2012, c’est être dans le bas du panier. Et si vous vous pressez pour déposer votre permis de construire avant le 31 décembre, vous aurez une « épave thermique » avant même de déménager dedans. 

    Julien

  • I-Fluides Thermique says:

    La RT 2012 a une obligation de résultat des entreprises de construction et cela risque vite de tourner au cauchemars pour ces dernières si les résultats attendus ne sont pas atteints.
    Concernant les surcouts de 5 à 20%, les 20 % sont par rapport à une maison conforme à la RT 2005 et il faut compter 5 à 10% par rapport à une maison BBC 2005.
    Pour une maison passif, il faudra compter encore 5 à 10% suivant les contraintes du terrain de construction.



Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>