Construction d'une maison passive et durable en Lorraine
Header image

La toiture végétalisée est en fleur. Elle a vraiment bien pris. La troisième photo date d’avril.

Toiture végétalisée / Début juin 2013

Toiture végétalisée (garage) / Fin juin 2013

Toiture végétalisée / Avril 2013

C’est probablement le plus beau défi de l’homme de ce début du XXIème siècle: construire en respectant le plus possible la Nature et en évitant les énormes gaspillages de ces maisons issues d’un temps, où finalement la question de l’énergie ne se posait pas…

Qu’est-ce qu’une maison passive, comment la rendre étanche, comment l’isoler avec de la paille, comment maîtriser la qualité de l’air intérieur, avec quelle peinture la peindre?

En fait, la construction d’une maison permet de se poser toutes les questions concrètes de l’écologie.

A écouter ce vendredi 2 novembre 2012 à 9h10 sur RFI (ou en podcast ici :  Podcast – RFI / les mp3 : 1ère partie et 2ème partie).

Des matériaux d’origine végétale ou animale peuvent être utilisés lors de la construction de bâtiments. Ces matériaux sont communément qualifiés de biomatériaux ou de matériaux biosourcés : il s’agit notamment du bois et de ses dérivés, du chanvre, de la paille, de la plume ou de la laine de mouton. Ils présentent deux atouts principaux sur le plan de l’environnement : d’une part, la matière dont ils sont issus est renouvelable, d’autre part, ils peuvent contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et au stockage temporaire de carbone. La création d’un label bâtiment biosourcé permet de mettre en lumière cette qualité environnementale et de valoriser les démarches volontaires des maîtres d’ouvrage intégrant une part significative de ces matériaux dans leur construction.

Le décret n° 2012-518 du 19 avril 2012 instaure l’appellation « bâtiment biosourcé » pour les « bâtiments nouveaux intégrant un taux minimal de matériaux biosourcés et répondant aux caractéristiques associées à ces matériaux ». Un arrêté ministériel déterminera les conditions d’attribution précises.

 

A lire également dans le numéro actuel de la maison écologique, le guide des isolants 2012.

Le polyuréthane giclé à cellules fermées pose de nombreuses questions en raison des agents de gonflement qu’il contient et qui génèrent des gaz à effet de serre. La certification américaine « maison passive » (PHIUS) a décidé que son usage empêcherait la certification.

A lire sur Écohabitation.com

 La seule construction d’un bâtiment BBC traditionnel consomme autant d’énergie que son utilisation pendant 30 ans. Alors que les politiques publiques mettent aujourd’hui l’accent sur la construction de bâtiments économes en énergie, l’enjeu de demain se situe sur les éco-matériaux.

A lire sur : Cleantech Republic.